Codes and Dynamics and Sex

J’écoutait, tout à l’heure, l’album de Dynamo Code, « The Burglary », pour la 100ème fois (au moins) depuis qu’il est sorti (2009). J’ai fait le constat suivant, qui, à mon avis, vaut toutes les chroniques du monde: The Burglary, premier et dernier album de Dynamo Code, s’enchaîne parfaitement en boucle.
La fin (assez phat) de son dernier titre appelle le premier, comme un amant performant vous appelle du bout des doigts juste après s’être allongé sur le dos, le souffle court, le front humide. Si écouter un album peut toujours trouver des analogies avec un coït, alors « The Burglary » est une baise inoubliable qui a d’encore plus génial le fait qu’elle peut être sans fin, et ne fatigue jamais, et fait toujours du bien, et tape toujours juste. Et Dynamo Code est, alors, l’amant parfait, CQFD.

Yes, I would very much like to see you naked.

Publicités

A propos The Marmot

Seriously?
Cet article, publié dans Zikmutavu, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s